La trufficulture dans des régions d’adoption

RETOUR DE TERRAIN EN IMAGES …

Mathias Faurie, post-doctorant de l’ANR FoodHerit et chercheur associé à l’UMR 208 Paloc, présente une étude sur la domestication de la culture de la truffe dans des régions d’adoptions.
Entre 2014 et 2015, Mathias a suivi des producteurs à Vezelay dans l’Yonne (région Bourgogne Franche-Comté) et à Chinon dans l’Indre et Loire (région Centre-Val de Loire).

La double facette de la truffe…

Pour en savoir plus, nous vous invitons à regarder cette vidéo produite dans le cadre de la récente mise en culture de la truffe au Chili.

Dans la vidéo ci-dessus, on voit clairement deux parties et deux « ambiances » très distinctes :
1) la première ancrée dans la terre, qui semble atemporelle, comme si la trufficulture avait toujours existé au Chili. L’accent est mis sur la nature intacte, sur la communion avec les éléments, sur la complicité avec l’animal, le tout dans une atmosphère qui célèbre le lien de la truffe au territoire. C’est cet ensemble qui « fait patrimoine », à la fois naturel et culturel, matériel et immatériel. On peut dire qu’on assiste à la naissance d’une tradition, bien ancrée dans la terre.
2)
La deuxième partie contraste tout à fait. Elle est résolument moderne, et ici la truffe est perçue soit comme aliment de luxe, soit comme un patrimoine alimentaire qui appartiendrait à la haute gastronomie, de portée universelle. Les imaginaires de la truffe accompagnent le « marquage » des territoires et l’identification des acteurs : ici, le patrimoine alimentaire est un véritable marqueur social. La fonction donnée à l’agriculture et à l’aliment, change radicalement lorsqu’un patrimoine alimentaire « emblématique » est adopté.

La trufficulture: patrimoine ou business ?
Une preuve que la truffe est davantage perçue comme un patrimoine que comme un simple business, est que la culture de la truffe dans les nouvelles régions du monde n’est pas rentable. En réalité, la délocalisation n’est pas une réussite, si on regarde les résultats en terme de production et de vente de truffe, qui est très faible. Mes enquêtes montrent que la truffe n’est bien souvent que le support à des activités qui entourent ce produit, des activités que l’on peut qualifier de patrimoniales, où la dimension sociale et culturelle l’emporte sur la dimension productive.
On peut dire que la patrimonialisation alimentaire contribue à alimenter une « bulle spéculative » autour des productions, qui fait passer la rentabilité économique, au second plan.

La production d’une image « truffe » emblématique
En réalité, moins il y a de truffe, plus on en parle. Ce qui compte aujourd’hui, ce n’est pas la production du champignon, c’est de créer une image autour d’un emblème alimentaire. Ce sont les activités qui entourent la truffe qui fonctionnent économiquement : vente d’huiles aromatisées, et d’autres produits dérivés, parfois artificiels, mais aussi visite de truffières, repas à la ferme… c’est généralement l’agrotourisme et le tourisme gastronomique qui sont au centre de l’activité des exploitants, et la truffe est toujours un revenu complémentaire.

L’adoption d’une production emblématique témoigne surtout d’une évolution des fonctions de l’agriculture, passant du secteur marchand primaire, à un secteur tertiaire patrimonial, où l’on vend plus qu’un produit, mais un service, un territoire, un art de vivre, un rêve ou une passion.
Pour plus d’information: mathiasfaurie[at]gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *