Le projet

Durée: décembre 2013 – décémbre 2017

Financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et porté par l’Institut de Recherches pour le Développement (UMR 208 Paloc), le projet FoodHerit est un groupe de recherche composé de chercheurs expérimentés ayant placé les cultures alimentaires au cœur de leurs investigations.

Patrimoines alimentaires et gastropolitique:
une approche critique et comparée

Projet intégral (en anglais)

Partout dans le monde, les politiques patrimoniales encouragent le réveil et la valorisation de produits alimentaires singuliers et « traditionnels » à des fins aussi hétérogènes que la reconnaissance culturelle et l’exploitation mercantile. L’inscription par l’Unesco du « Repas gastronomique des Français », de la « Cuisine mexicaine traditionnelle » et de la « Diète méditerranéenne » à la Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel, de pair avec la promotion des « routes » gastronomiques, illustrent clairement cette tendance. En conséquence de quoi les cultures alimentaires s’inscrivent désormais au cœur d’une relation triangulaire reliant culture, identité et marché.

Le projet se propose de développer et de mettre à l’épreuve un cadre méthodologique original combinant différentes approches en sciences sociales, dans le but de comparer les constructions patrimoniales de l’alimentation dans des pays européens et américains. La perspective comparative est cruciale pour mieux comprendre les raisons et les manières dont le patrimoine alimentaire connaît un tel essor.

FoodHerit interroge le rôle de la patrimonialisation de l’alimentation dans la recomposition des identités passées et présentes, dans l’intégration des groupes sociaux à l’économie globale et dans l’attribution d’une forme de « valeur » aux acteurs comme aux matériaux impliqués dans le processus.

Le projet se décline en trois axes :

Axe 1: Le lien entre patrimoine alimentaire et identités culturelles : quelles sont les dynamiques identitaires à l’œuvre dans la patrimonialisation alimentaire ?

Axe 2: L’articulation entre patrimoine alimentaire et stratégies de développement locales : comment la quête de reconnaissance culturelle se dessine-t-elle ? Comment les objectifs sont-ils formulés et quel rôle est attribué à la notion de « développement » et à ses objectifs ? Quelles relations de pouvoir sont en jeu dans la construction du patrimoine alimentaire?

Axe 3: L’articulation des impératifs de reconnaissance culturelle avec la capitalisation économique des patrimoines alimentaires, en mobilisant la notion de « valeur » : la valeur dévolue aux patrimoines peut-elle se comprendre indépendamment de la « valeur » des acteurs qui les produisent ? Quelle est l’acception de la notion de « valeur » dans la conceptualisation de la patrimonialisation alimentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FoodHerit est un groupe de chercheurs expérimentés ayant placé les cultures alimentaires au cœur de leurs investigations.