Archives par mot-clé : Pérou

Recipes for Crossing Boundaries: Peruvian Fusion

Cooking technologyNouvel article de Raúl Matta publié dans l’ouvrage collectif Cooking Technology. Transformations in culinary practice in Mexico and in Latin America, édité par Steffan Igor Ayora-Diaz (aux éditions Bloomsburry Publishing).

Raúl Matta y propose une réflexion sur les reconfigurations culinaire au Pérou, à partir d’emprunts gastronomiques à d’autres pays. Continuer la lecture de Recipes for Crossing Boundaries: Peruvian Fusion

« la cuisine comme trésor national »

Le blog « ALIMENTATION GENERALE, la plateforme des cultures du goût »
a rencontré Raul Matta, chercheur au sein de notre ANR.

alimentation généraleClassé « meilleure destination gastronomique du monde » en 2012 par le World travel awards, le Pérou joue à fond la carte de la gastro-diplomatie. Un concept que décrypte pour nous Raul Matta, sociologue péruvien et chercheur post-doctoral  à l’IRD, dans le cadre du projet ANR FoodHerit…

Continuer la lecture de « la cuisine comme trésor national »

La Mikuna de la communauté Mishkyyaquillu de Shapumba (Pérou)

RETOUR DE TERRAIN EN IMAGES …

Raul Matta, chercheur de FoodHerit et associé à l’UMR Paloc, présente une étude du rituel alimentaire de la Mikuna, organisé tous les ans dans une communauté péruvienne. Continuer la lecture de La Mikuna de la communauté Mishkyyaquillu de Shapumba (Pérou)

Enquêtes et terrains

Pays méditerranéens / Amériques

Les identités globales sous le prisme du patrimoine alimentaire :
une analyse comparée entre la diète méditerranéenne et la cuisine péruvienne
(Xavier MEDINA et Raúl MATTA)

Cette étude rendra opérationnelle la problématique reliant la production du patrimoine alimentaire et la question de l’identité culturelle. En adoptant une perspective interactionniste, nous concevons l’identité culturelle comme une construction collective qui encourage des positionnements par rapport à l’altérité. Continuer la lecture de Enquêtes et terrains

Enquêtes et terrains

Amériques

Confronter le patrimoine alimentaire national aux pratiques locales de patrimonialisation alimentaire : une étude comparée au Pérou
(Raúl Matta)

À la fois « actifs globaux » et « ressources locales », les cultures alimentaires sont vecteurs de projets, allant d’initiatives dans le secteur touristique à d’autres plus ambitieuses, lorsqu’elles sont connectées à des stratégies de développement économique et social au niveau local. Continuer la lecture de Enquêtes et terrains

MEMBRES DE L’ÉQUIPE

Mélissa CORNUEL (doctorante FoodHerit)

Dans le cadre de l’ANR, Mélissa CORNUEL s’intéressera à la place de la patrimonialisation de l’alimentation au sein de programmes alimentaires de développement au Pérou.

Patrimonialisation de l’alimentation et développement au Pérou.

Les thèmes de la patrimonialisation et du développement prennent un aspect singulier lorsqu’ils sont associés à celui de l’alimentation. C’est par une approche croisée mettant en corrélation ces trois thèmes que vont porter ces travaux de doctorat. En effet, des programmes de développement alimentaires, soutenus pour certains par l’Etat, ont pris place sur la scène développementaliste mondiale. Ils juxtaposent d’une part, des objectifs de sécurité alimentaire fidèles au champ du développement et d’autre part un objectif de valorisation des pratiques alimentaires locales, caractérisées par les processus de patrimonialisation. Lorsque l’alimentation est associée au champ du développement, l’aspect biologique et nourricier occupe une place prépondérante. En ajoutant la variable de la patrimonialisation, l’aspect strictement nutritionnel de l’alimentation s’estompe pour endosser un aspect historico-culturel saillant. Le contexte politique du Pérou implique de s’interroger sur les changements socio-culturels induits par ces deux points. Le recours, dans les programmes de développement alimentaire, à des ingrédients jusqu’alors dénigrés car associés à une représentation d’une indianité dévalorisée conduit à s’interroger sur le rapport existant entre les politiques de patrimonialisation et la construction d’une identité nationale forte. En conséquence, il convient également de comprendre comment les processus de réappropriation symbolique entrepris par l’Etat trouvent leur place dans une approche développementaliste souvent plus encline à valoriser les initiatives définies comme « modernes » et « innovantes » importées par les pays du Nord, plutôt que de recourir à des procédés locaux et indigènes souvent considérés comme frein au développement.