Enquêtes et terrains

Amériques

Patrimoines alimentaires des Noirs marrons : des racines historiques aux enjeux actuels (Guyane)
(Marie Fleury)

La Guyane est un département français d’Outre-mer situé en Amérique du Sud. Parmi les différentes populations, créoles, amérindiennes, businenge (Noirs marrons), brésiliennes, haïtiennes, etc. Les Créoles ont été longtemps majoritaires et détiennent toujours le pouvoir politique. Le seul ouvrage portant sur le patrimoine culinaire concerne d’ailleurs uniquement la cuisine créole. La mise en place en 2007 d’un parc national (Parc amazonien de Guyane, PAG), couvrant plus de 3 millions d’ha sur le tiers sud du département, bouscule le paysage géopolitique de la Guyane. Les populations du sud (à peine 10% de la population globale), longtemps oubliées dans les politiques de développement, se retrouvent au centre de débats et d’enjeux politico-culturels. La valorisation des cultures locales, une des priorités du PAG, qui en découle n’est pas sans effet sur leurs propres perceptions et sur l’évolution de leur « patrimoine culinaire ».

Au sein de la mosaïque culturelle de la Guyane, les Noirs marrons présentent une culture originale, basée sur des réminiscences africaines (culture du riz pluvial), mais aussi avec de fortes influences amérindiennes (culture et transformation du manioc). Leur alimentation est le résultat de ces influences historiques auxquelles s’ajoute actuellement l’effet de la mondialisation, avec la consommation de plus en plus d’aliments importés. Notre recherche portera sur les évolutions récentes de cette alimentation et sur les effets de la mise en place d’un parc national sur leurs territoires.

En effet, les nouveaux statuts des parcs nationaux leur donnent légitimité pour la préservation et la valorisation des cultures locales. Des initiatives d’inventaire du patrimoine immatériel, notamment sur l’alimentation sont en cours. Nous proposons de suivre ces initiatives du parc amazonien, avec la présence d’acteurs locaux parmi les agents du parc, et de mettre en lumière les critères retenus dans les choix “d’aliments patrimoniaux”.

Quelle sera l’influence de la patrimonialisation de l’alimentation des Noirs marrons sur leurs propres habitudes alimentaires, et sur leur perception de l’alimentation? Notre étude sera conduite à travers une série de questionnaires ouverts menés parmi la population aluku de Maripasoula et Papaïchton (haut Maroni). Les enquêtes s’étendront à d’autres acteurs : les agents du parc amazonien vivant sur place, les enseignants, et également les Amérindiens Wayana qui les côtoient au quotidien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.