Membres de l’équipe

Jean-Pierre HASSOUN • participant

Dans le cadre du projet FoodHerit, J.-P. Hassoun développera une réflexion sur le patrimoine alimentaire dans la grande distribution en France, autour de la marque « Reflets de France ».

Le patrimoine alimentaire dans la grande distribution : la marque « reflets de France »

L’irruption des signes du Patrimoine dans la grande distribution incite à formuler un premier questionnement : Quelles tensions existent entre la notion de qualité singulière (associée à la certification « Patrimoine ») et la massification marchande propre à la grande distribution. En d’autres termes comment la grande distribution qui est supposée incarner une sorte d’universalisme de la marchandise d’où les identités particulières seraient absentes dans le but de toucher le plus grand nombre concilie-t-elle la fabrique et la promotion d’identité patrimoniales (et communautaires) supposées être restrictives ?

Pour commencer à tester la pertinence de ce questionnement nous proposons une enquête sur la marque[1]Reflets de France créée en 1996 et que nous considérerons comme un terrain anthropologique. Les produits labellisés sous cette marque sont distribués dans 220  hypermarchés Carrefour ainsi que dans les supermarchés Champion qui appartiennent à la même enseigne. La marque fédère aujourd’hui plus 300 produits alimentaires « de tous les terroirs » et fait travailler 130 PME officiellement défini comme « acteur local bien implanté dans son terroir et qui exerce ses activités selon un savoir-faire authentique ». Cette définition est déjà un enjeu pour notre recherche.

Quelles relations entretient un groupe de la taille de Carrefour avec des producteurs locaux ? Comment se nouent ces relations ? Quelles sont les exigences et les arrangements  nécessaires pour que la certification « terroir » soit validée ? Quels sont les trajectoires sociales et professionnelles de ceux qui vont à la recherche et à la rencontre des produits et des producteurs dits du « terroir » ? Quelles sont les caractéristiques (en termes d’histoire sociale) de ceux – les producteurs – qui se réclament de ces mêmes « terroirs » ?  Quels langages sont mobilisés pour que cette interaction marchande fonctionne et perdure ? Quel est le cadre de ces interactions ? Comment concilier les exigences d’une distribution de masse avec une production qui doit pour se vendre être locale et donc relever de façon idéale ou mythique d’une structure familiale ? Quel travail symbolique et sémantique est nécessaire pour que des produits locaux ou régionaux soient « traduits » en produits « de France » ?

Publications choisies :

Hassoun, J.-P. ;Crenn Ch., 2012, « Pratiques alimentaires en situation de migration. Le regard politique sur la société pluraliste », Terra Cognita, vol. 20, p. 18-22

Hassoun, J.-P., 2010, « Deux restaurants à New York : l’un franco-maghrébin, l’autre africain. Créations récentes d’exotismes bien tempérés », Anthropology of Food, S7,
URL : http://aof.revues.org/6730

Hassoun, J.-P.;Crenn, Ch.; Medina, F.-X. (eds), 2010,  « Migrations, pratiques alimentaires et relations sociales d’altérité » (special issue), Anthropology of Food, S7,
URL : http://aof.revues.org/6515

Hassoun, J.-P., 2009, « Moderniser l’ethnique pour développer l’urbain. La venue d’une industrie de la feuille de brick dans une ville de banlieue », Genèses, vol. 76, p. 52-75.

Hassoun, J-P. ;Raulin, A., 1995, « Homo Exoticus »,in :Bessis S. (ed.), Mille et une bouches. Cuisine et identités culturelles, coll. Autrement, 154, Paris, p. 119-129.


[1] Il s’agit d’un Marque de Distributeur (MDD)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *