Membres de l’équipe

Julia CSERGO • coordinatrice de l’axe 1

Dans le cadre du projet FoodHerit, J. Scergo coordonne d’axe 1. Par ailleurs, elle analysera la construction historique de l’alimentation comme objet patrimonial en France du XVè au XXIè siècles. Elle développera simultanément une réflexion sur les « patrimoines vivants », les pratiques culinaires contemporaines (XXè et XXIè siècles) au Québec et en Ontario (Canada).

La construction de l’alimentation comme objet patrimonial, France XVe-XXIe siècle

La démarche de compréhension et d’analyse  de la construction de la notion contemporaine de « patrimoine », a pu être retracée dans les cadres spécifiques des « beaux-arts » et des « monuments historiques ». Les historiens de l’alimentation, de la fin du Moyen-Age à l’époque contemporaine, ont jusqu’à présent orienté leurs recherches vers d’autres voies que celle de l’histoire de la construction d’un objet culturel et d’un héritage commun. Ainsi, l’absence de traitement historien de la notion émergente de « patrimoine alimentaire », a placé l’histoire, à travers une production le plus souvent non académique,  dans la situation d’apporter des formes de légitimation à des demandes de qualification de produits localisés (pour administrer la preuve de leur inscription dans une tradition de savoirs et savoir-faire) ou d’affirmer un « patrimoine culinaire » à partir des recettes tirées d’anciens livres de cuisine. Ainsi, la notion de « patrimoine alimentaire » alimente de nombreuses initiatives dans le corps social, confortés par des travaux menées en géographie et en marketing qui, dans une perspective de lien recherche-action collective, sont intervenus dans les dispositifs de « mise en patrimoine ». La notion de patrimoine alimentaire s’est imposée autour d’une dimension spatiale, et comme une notion opérationnelle dans le marketing des produits et des territoires.

Il s’agit donc dans ce travail de recherche d’apporter des éléments de définition et de compréhension des patrimoines alimentaires  en proposant une intervention de la discipline historique et de ses méthodes dans un champ qu’elle n’a pas encore investi. L’objectif est de retracer  les grandes lignes de l’histoire de la construction de l’alimentation comme objet patrimonial, l’évolution sur le temps long des enjeux qui y sont associés en lien avec l’affirmation des cultures nationales.

Patrimoines vivants : les pratiques culinaires au Québec et en Ontario, XXe-XXIe s

Nous proposons ici de nous attacher à un aspect  des patrimoines alimentaires, les patrimoines culinaires, et de conduire des recherches sur « ce qui fait » et sur « ce qui est dit » patrimoine culinaire ainsi que sur la manière dont la notion de patrimoine (mort et vivant) le détermine. Nous visons à mieux comprendre comment s’articulent les processus de création et de patrimonialisation dans leurs dynamiques propres et réciproques, et à mettre en évidence les manières spécifiques dont elles sont à l’œuvre dans les pratiques culinaires. Nous souhaitons ainsi approcher les interactions des sphères domestiques et professionnelles, en termes de circulation et de transmission des modèles, afin de mieux appréhender leurs effets collectifs au niveau  d’une société.

Nos terrains d’analyse portent sur le Québec et l’Ontario, deux provinces affichant deux traditions culinaires distinctes, française et anglo-saxonne. Ils se centreront sur Toronto et Montréal, villes qui offrent des cadres contrastés en termes de patrimoine et d’influences culturelles, notamment des milieux immigrants. Des enquêtes seront conduites autour des questions de l’attachement, de l’histoire, de l’identité, des circulations culturelles, de l’invention, de la création et de la récréation pour tenter d’approcher ces zones incertaines que seraient la mémoire et la « patrimonialité » des pratiques alimentaires ainsi que leur patrimonialisation (formes de mise en valeur) . Elles devraient nous permettre de mettre en évidence des dynamiques spécifiques du rapport patrimonialisation/création dans les traditions culinaires française et anglo-saxonne. Outre le fait de pouvoir mieux fonder des convergences nationales sur un socle partagé, le Canada pourrait faire ici figure de lieu témoin du jeu de ces logiques et de point de jonction de la compréhension des constructions des patrimoines alimentaires.

Publications choisies :

Csergo, J. ; Cohen E., 2012, « L’artification du culinaire », Sociétés et représentations, vol. 34, p. 7-11.

Csergo, J., 2012, “L’art culinaire ou l’insaisissable beauté d’un art qui se dérobe”, Sociétés et représentations, vol. 34, p. 13-36.

Csergo, J., 2011, « Le “Repas gastronomique des Français” à l’Unesco : éléments d’une inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO », Disponible en ligne : ici.

Csergo, J. ; Lemasson J-P. (eds), 2008, Voyages en gastronomies, Paris, Autrement.

Csergo, J., 2004, Histoire de l’alimentation: quels enjeux pour la formation?, Dijon, Educagri.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.