Enquêtes et terrains

Pays méditerranéens

Le patrimoine alimentaire comme style de vie : la diète méditerranéenne (Xavier MEDINA)

La Méditerranée est une construction socioculturelle construite à partir d’​​un espace géographique donné, autour duquel on trouve 22 pays de trois continents. De même, parler d’alimentation en Méditerranée implique également une construction sociale et culturelle. L’UNESCO a déclaré la diète méditerranéenne (DM) comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité en novembre 2010. Les quatre pays ayant proposé la candidature (Espagne, Italie, Grèce, Maroc) ont avancé l’argument selon lequel la DM transcende les aspects nutritionnels de l’alimentation, qu’elle représente un réseau millénaire d’échanges, de traditions, de connaissances, de techniques, de pratiques et d’usages et qu’elle constitue une forme d’organisation historico-spatiale liée à la production, la distribution et la consommation des aliments. La diète méditerranéenne n’était pas proposée donc comme un modèle nutritionnel ni même comme la possibilité de mettre en valeur une série d’aliments, parmi lesquels l’huile d’olive occupe toujours un rôle prépondérant. C’était bien plus que cela. Cela concernait les techniques, les pratiques, les habitudes, les idées, les valeurs et les espaces alimentaires ; c’était un style de vie. Il convient d’analyser ici ce qui a été mis en valeur, mais aussi les enjeux identitaires, territoriaux, politiques et économiques associés à cette considération patrimoniale et à leur sauvegarde.

L’approche, en trois parts, se fonde sur :

a) une étude bibliographique et de la documentation produite jusqu’au moment ;

b) une étude ethnographique des applications patrimoniales-gastronomiques de la DM présentant des situations géographiques, économiques, sociales et culturelles contrastées dans différents pays ayant proposé la candidature ;

c) considérations par rapport à la sauvegarde du patrimoine, avec une analyse des divers acteurs institutionnels (gouvernements, institutions, associations…) et individuels (paysans-producteurs, distributeurs, commerçants…) à leur mise en place et à leur fonctionnement. Pour ce faire, des entretiens individuels semi-directifs et approfondis seront réalisés avec les acteurs concernés. L’approche permettrait d’analyser les rapports entre les dynamiques locales et globales, qui vont des terroirs spécifiques à une Méditerranée étendue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.