Enquêtes et terrains

Amériques

Entre visibilité et invisibilité : la patrimonialisation des savoirs et lieux de l’alimentation au Brésil et au Mexique (E. Katz et P. de Robert)

Les systèmes alimentaires amérindiens ont contribué à la constitution de différentes culinaires latino-américaines. Mais quel est leur statut actuel ? Sont-ils mis en valeur, reconnus, patrimonialisés ou alors sont-ils dépréciés et ignorés ? Comment et pourquoi ? Nous tenterons de répondre à ces questions en étudiant plusieurs exemples au Mexique et au Brésil.

Au Mexique, les racines indigènes de la culinaire nationale ont été glorifiées, mais les pratiques culinaires actuelles des Indiens ont longtemps été méprisées; par exemple, les Indiens Mixtec percevaient leur nourriture comme étant de la “nourriture de pauvres”. Esther Katz analysera les processus récents de valorisation et de mise en patrimoine qui ont émergé dans cette région, comme par exemple les foires gastronomiques locales organisées par les communautés indiennes.

Au Brésil, les systèmes culinaires amérindiens sont très variés, en raison de la superficie du pays et de la diversité des cultures et des environnements qui le composent. En général, ils sont largement ignorés et leur contribution à la gastronomie nationale et peu fréquemment évoquée. Sur la côte de l’Etat de Bahia, Esther Katz se demandera pourquoi la culinaire afro-brésilienne a été patrimonialisée tandis que celle amérindienne est devenue invisible, quand bien même un récent processus de revitalisation ethnique voit le jour dans la région, avec des groupes émergents s’identifiant comme “Tupinamba”.

Dans le haut Rio Negro, un tributaire du fleuve Amazone, l’agriculture amérindienne et les savoirs culinaires ont été récemment patrimonialisés. Esther Katz s’interroge sur les conséquences réelles pour la valorisation de la gastronomie locale.

Dans une autre région d’Amazonie, Etat du Mato Grosso,les Indiens Kayapo appuient la mise en œuvre de politiques publiques pour éviter la distribution de nourriture industrialisée dans les cantines scolaires des écoles kayapo, et de favoriser l’utilisation des produits produits dans leurs propres plantations. Pendant ce temps, les restaurants régionaux s’approprient l’image de l'”Indiens amazonien “authentique”, “avec toutes ses plumes” pour communiquer et attirer des chalands, sans toutefois proposer de mets kayapo. Pascale de Robert étudiera ces processus de valorisation et de réappropriation du système culinaire amérindien et l’utilisation de l’imagerie et de l’imaginaire liés à la figure de l’Indien. Dans tous les cas évoqués, les relations interethniques, la recomposition identitaire, et les relations entre les Indiens et l’Etat-Nation seront analysés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.