Enquêtes et terrains

Amériques

Les livres de recettes communautaires et l’idée de “Mexicanité”
(Sarah Bak-Geller)

Les livres de cuisine réalisés par un ou plusieurs membres d’une communauté créent et disséminent une image de la cuisine (entendue comme un ensemble de savoirs, pratiques et rituels associés avec la préparation, la mise en forme, la présentation et la consommation de la nourriture) vouée à être représentative du groupe.

Parmi ces documents, nous pouvons mentionner, entre autres, ceux des associations végétariennes, des communautés migrantes, des groupes religieux, des instances représentatives des minorités ethniques, des syndicats, etc. En nous appuyant sur les livres de cuisine communautaires publiés au Mexique, nous examinerons les processus de construction des idées de « communauté » et de « mémoire locale ». Une attention spéciale sera donnée aux signataires et autres acteurs impliqués dans les pratiques de publication, le support matériel accompagnant le livre, les récits, et les façons dont ces livres de cuisine circulent. De plus, nous confronterons les constructions locales de la mémoire avec les notions de « mexicanité » et de mémoire nationale, mis en avant par un discours culinaire hégémonique promu par l’État mexicain.

Des questions centrales à cette recherche sont: quels sont les attributs du langage qui convoquer la « mémoire collective » et la « mémoire nationale » ? Comment chacune de ces notions est construite avec respect de l’autre ? Existe-t-il une référence à la « mexicanité » dans les livres de cuisine communautaires ? Si oui, comment cette référence diffère-t-elle de l’idée hégémonique de Nation, telle que pointée dans d’autres livres de cuisine ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.