Numéro d’Ethnologie française « Restaurants en ville »

ETHN_141_L204

Jean-Pierre Hassoun a dirigé le dossier « Restaurants en ville » du numéro 44(1) de la revue Ethnologie française

*
Consultez-en le sommaire ici.
La publication intègre les contributions de plusieurs membres du projet FoodHerit

Jean-Pierre Hassoun signe l’article introductif « Restaurants dans la ville-monde. Douceurs et amertumes« .

Au regard de l’ampleur de la production scientifique et de l’effervescence « politique » relatives aux pratiques alimentaires en France, le restaurant n’occupe qu’une faible part. Ce retard avait déjà été remarqué par David Beriss et David Sutton dans l’introduction à un livre collectif sur le sujet : The restaurant book. Ethnographies of where we eat [2007]. Le restaurant n’aurait‑il qu’une place…  > Accéder à l’article

Chantal Crenn et Jean-Pierre Hassoun signent l’article « Dakar. Les quatre âges du fast-food »

À partir d’une enquête ethnographique, cet article reconstitue la biographie des restaurants aujourd’hui appelés fast foods à Dakar. Ils ont été ouverts par les migrants libanais qui ont introduit le shawarma en 1964, puis le hamburger dans les années 1980. Jusqu’au milieu des années 1990 ces restaurants sont localisés au centre historique, puis ils se diffusent dans les quartiers de l’agglomération dakaroise et ses banlieues. L’uniformité des produits masque des usages différenciés et des tensions morales autour de l’opposition alimentation individuelle/alimentation collective. Bien que leurs ingrédients soient de plus en plus souvent importés « d’ailleurs », ces nourritures sont vécues désormais comme des produits « d’ici », alors même que se restaurer dans un fast food constitue une forme de participation au monde globalisé, confirmant l’extraversion dakaroise. > Accéder à l’article

Cyrille Laporte et Jean-Pierre Poulain signent l’article « Restauration d’entreprise en France et au Royaume‑Uni. Synchronisation sociale alimentaire et obésité »

L’article repose sur une étude parallèle des dispositifs de gestion de l’alimentation au travail en France et au Royaume‑Uni (restaurants d’entreprise et tickets restaurant). En comparant les connaissances, y compris dans la littérature grise, relatives à l’évolution des pratiques alimentaires au travail dans ces deux pays, les auteurs relèvent que la fréquentation des restaurants d’entreprise est plus faible au Royaume‑Uni et qu’en conséquence, on y observe une plus forte désynchronisation des repas qu’en France. Ils émettent l’hypothèse d’une possible corrélation de ce résultat avec une plus forte prévalence de l’obésité au Royaume‑Uni. > Accéder à l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *