Compte-rendu de lecture : Foodscapes, Foodfields and Identities in Yucatán (1)

51cfoYYp32LCompte-rendu de lecture de Raul Matta, paru dans la revue Anthropology of Food (2014):

AYORA-DIAZ S. I., Foodscapes, Foodfields and Identities in Yucatán (2012), CEDLA Latin American Studies 99, Berghahn Books [Amsterdam] 332p.

A la lecture du dernier livre de Steffan Igor Ayora-Díaz, professeur d’anthropologie à l’Universidad Autónoma de Yucatán (Mexique), il ne nous restera aucun doute – s’il en restait encore – quant au lien étroit entre cuisine et politique. Bien évidemment, pour que cette affirmation ait un sens, il ne faut pas envisager la cuisine uniquement comme l’acte de faire à manger, ni l’alimentation uniquement comme l’acte de se nourrir. L’auteur nous invite dans ce sens à réfléchir en termes de foodscapes, concept que l’on pourrait traduire en français par « paysages alimentaires ». Il emprunte ainsi la terminologie « appadurienne » de suffixe scape, tiré de landscape (paysage) – notion qui renvoie à l’idée de changement, de mutation – pour illustrer la complexité et la profondeur des cultures alimentaires ainsi que des jeux de pouvoir qui les façonnent. Le foodscape permettrait donc de mettre en lumière les formes fluides et irrégulières des « paysages sociaux de l’alimentation », influencés et tiraillés par des situations historiques, politiques et économiques particulières, tout aussi instables et délocalisées. En somme, le foodscape se présente ici comme l’espace social de la gastro-politique, à savoir, l’arène de négociation transnationale où s’enchevêtrent et se confrontent différents modèles et produits alimentaires, les identités sociales et nationales, et les intérêts divers du capitalisme transfrontalier… lire la suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.